Covid-19 : la chirurgie esthétique séduit de plus en plus de Français – ELLE France

Partager
Rechercher sur ELLE
Le syndicat national de chirurgie plastique reconstructrice et esthétique (SNCPRE) a observé une augmentation de 20 à 30 % des demandes de consultation depuis le début de la crise sanitaire.  
Sous les masques, quelque chose pourrait bien avoir changé. La pandémie, qui a limité nos interactions sociales et couvert nos visages, n’empêche pas certains de penser à la chirurgie esthétique. Ils seraient même de plus en plus nombreux, d’après le SNCPRE, qui a constaté une augmentation de 20 à 30% des demandes de consultation depuis le début de la pandémie.  
Le port du masque obligatoire, qui cache les visages, peut en fait être une aubaine lors des premiers jours qui suivent l’opération : les traces post-opératoires sont ainsi cachées. Le télétravail peut également permettre de passer sa convalescence chez soi, sans avoir à poser des congés.  
Lire aussi >> Zoom Face : les traitements esthétiques qui cartonnent depuis qu’on se voit à l’écran
Interrogé au micro de France Bleu Breizh Izel, le docteur Grangier, chirurgien plasticien et esthétique à la clinique de l’océan à Quimper (Finistère) explique cette hausse de l’intérêt pour la chirurgie esthétique ainsi : « Plusieurs facteurs interviennent, constate le docteur Grangier, avec le télétravail on se regarde plus par l’intermédiaire des écrans. Et grâce aux confinements, les gens ont fait des économies, cette assise financière leur permet d’oser la chirurgie esthétique. »  
L’exposition via les réunions en visio-conférence, et le temps passé à « scroller » les réseaux sociaux favorisent en effet la comparaison avec les autres, et renvoient les individus à leur propre physique. En 2019, déjà, une étude américaine mettait en évidence le lien entre exposition aux réseaux sociaux et intérêt pour la chirurgie esthétique. 
En parallèle, les Français, qui ont moins dépensé en sorties, voyages et restaurants du fait de la pandémie, sont donc prêts à mettre leurs économies dans la chirurgie esthétique. Et ce phénomène n’est pas propre à l’Hexagone : aux Etats-Unis, une hausse de 64 % des consultations virtuelles a été constatée par l’American Society of Plastic Surgeons depuis le début de la pandémie. 
Instagram va supprimer les filtres effet « chirurgie esthétique »
Faire de la chirurgie esthétique pour prendre un bon selfie ?
Édition abonnées
Chirurgie esthétique : tout ce qu’on ne nous dit pas dans les cabinets médicaux
Édition abonnées
Chirurgie esthétique : elle raconte son abdominoplastie
Article précédent
Nordahl Lelandais : son premier procès aux assises s’ouvre ce lundi à Chambéry
Article suivant
Édition abonnées
Ces femmes atteintes du cancer privées d’enfant par la Covid-19
Natation artistique : vague de commentaires sexistes sous une photo de l’équipe de France
Édition abonnées
« Je serais incapable de dire à quand remonte notre dernière fois » : ces couples qui ne font plus l’amour
Édition abonnées
Une victime introuvable mais des indices accablants : retour sur l'affaire Narumi
Édition abonnées
« Je crois qu’elle prenait plaisir à me voir souffrir » : quand l’amitié devient toxique
Covid-19 : la majorité des personnes infectées par le variant Omicron ne le savaient pas
Édition abonnées
Elles ont tout quitté pour devenir coach : un phénomène qui séduit de plus en plus de femmes
Voyeurisme : il filme les jambes et les sous-vêtements de milliers de femmes au supermarché
Covid : une étude affirme que les patients peuvent souffrir de problèmes de santé mentale deux ans après l’infection
Édition abonnées
Amours présidentielles ⅘. Nicolas Sarkozy, un divorce à l’Élysée
Édition abonnées
Voyager en tant que femme noire : « Je choisis mes destinations pour éviter de subir du racisme »
Un rapport de l’UEFA prévoit un bel avenir pour le football féminin
Covid : une étude affirme que les patients peuvent souffrir de problèmes de santé mentale deux ans après l’infection
Les prix des billets d’avion ont flambé depuis l’été dernier
Haut de page

source