“Des explosions derrière la nuque" : Indra raconte comment son expérience avec le Botox a viré au cauchemar – Closer France

Interrogée dans l’émission Stars du tube d’un jour : Que sont-ils devenus, la chanteuse Indra a évoqué sa mauvaise expérience avec la chirurgie esthétique.
Vendredi 15 juillet, TFX diffusait Stars du tube d’un jour : Que sont-ils devenus ? L’occasion de retrouver Indra, chanteuse connue notamment pour We Belong Together. Mais l’artiste aujourd’hui âgée de 54 ans s’est confiée sur un sujet bien moins glorieux : son enfer lié à la chirurgie esthétique. C’est à l’âge de 39 ans que la chanteuse fait des injections de Botox : "Ça a commencé par une injection de Botox, en 2006, donc ça date. Le Botox commence à faire son effet. Je me rappelle, j’ai eu deux explosions derrière la nuque. Comme quelque chose qui pétait, tout qui avait lâché. Je sentais la tête qui descendait", révèle-t-elle.
Indra décrit alors ce qu’elle a ressenti : "J’étais bloquée vers le bas. Je commençais même à avoir une luxation de la mâchoire tellement ça tirait vers le bas". La chanteuse subit toujours de nombreuses séquelles de ces injections. Aidée par un ostéopathe, elle se réjouit d’ailleurs d’être enfin prise au sérieux, tandis que certains médecins lui reprochaient de se "faire des films". C’est terrible d’entendre ça. On me dit souvent : ‘Pourquoi tu es gonflée ? Tu fais des injections ?’ Non, c’est l’œdème, c’est le poids", répond-elle.
Indra se rappelle aussi avoir été suivie par un médecin qui l’a traitée à la cortisone, mais les effets ont été "encore plus dévastateurs". "J’étais avec mon fils dans le parc et tout d’un coup ça a lâché. Ça faisait comme des élastiques qui partaient en arrière, comme si on avait lâché. Et puis le nez, il y avait de l’eau qui coulait. Des litres. Je sentais le visage se vider. Pendant deux jours, je me suis retrouvée comme les chiens qui ont des plis. C’était terrible". Encore aujourd’hui, la souffrance est au rendez-vous : "C’est un syndrome et c’est une souffrance constante. Et je suis épuisée. Et je pense qu’il faut aujourd’hui faire un état des lieux sur ce qu’il est possible de rendre au niveau du visage, (…) et ne pas essayer de revenir en arrière sur quelque chose qui ne pourra plus être fait."
Merci pour votre inscription. Pour en savoir plus ou exercer vos droits, cliquez-ici.
Papier ou numérique
Certifié par :
Vous êtes bien inscrit(e) à la newsletter avec l’adresse :
Les informations recueillies par ce formulaire font l’objet d’un traitement informatique à destination de Reworld Media Magazines et/ou ses partenaires et prestataires afin de pouvoir envoyer les bons plans et offres promotionnelles. Conformément à la loi « Informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de modification et de suppression des données vous concernant. Pour en savoir plus ou exercer vos droits, vous pouvez consulter nos conditions générales d’utilisation.

source