Électroménager et plats préparés : le confort nous a coupés de la nature – Reporterre

Culture et idées
Plat préparé, illustration.
Plat préparé, illustration.
Durée de lecture : 9 minutes
Des parfums sans odeur, des plats sans goût, des plantes artificielles, des mains scotchées au téléphone… L’Homo sapiens est devenu Homo confort, écrit l’anthropologue Stefano Boni dans un nouveau livre. Et voilà comment s’en débarrasser.
Au XVIIIe siècle, des écrivains imaginaient des civilisations loufoques dans des contrées lointaines (Swift, Les Voyages de Gulliver) ou des personnages naïfs (Voltaire, Candide) pour mieux souligner l’irrationalité et l’immoralité des mœurs de leur temps. Aujourd’hui, pour bousculer nos préjugés communs et questionner notre déroutante passivité face à la catastrophe écologique, l’anthropologue italien Stefano Boni [1] invente Homo confort, une « variante culturelle d’Homo sapiens », précise-t-il à Reporterre.
Au cœur de son dernier essai, Homo confort — Le prix à payer d’une vie sans efforts ni contraintes (L’Échappée), Homo confort marque une rupture anthropologique radicale, survenue au tournant des années 1950-1960. L’humanité parvenait alors à soumettre la nature dans sa globalité grâce à des technologies de plus en plus perfectionnées (génétique, pesticides, électronique, bientôt numérique, intelligence artificielle), et le confort bourgeois se répandait sur le globe, à des degrés divers : électroménager, plats industriels prêts à l’emploi, crédit à la consommation, chirurgie esthétique, transport aérien, etc. Homo confort se réjouissait, le souvenir des vies dures des générations précédentes s’estompait. Mais ce confort avait un coût faramineux, démontre Stefano Boni sans le moindre moralisme.
Car force est de constater que la production du confort n’a pas été mise au service de l’intérêt général : après avoir comblé les besoins essentiels de la population, l’industrie aurait pu ralentir sa croissance, chercher à augmenter la durée de vie de ses produits et réduire ses effets sur l’environnement — le rapport Meadows l’y incitait dès 1972. Mais, au contraire, soutenu par des législations favorables, le capitalisme a multiplié les stratégies consuméristes pernicieuses, comme l’obsolescence programmée, pour étendre son emprise sur un marché de masse mondial. Résultat : une catastrophe écologique d’ampleur inédite, et une oligarchie de monopoles qui freine toute alternative conséquente.
Homo confort le sait, plus ou moins. Alors pourquoi continue-t-il à soutenir cet ordre mortifère par sa consommation ? Parce que le capitalisme l’a rallié à sa culture de facilité, d’efficacité, de sécurité, d’individualisme égocentré, en colonisant les moindres aspects de sa vie, analyse ce combatif professore. Il a développé jusqu’à l’absurde des produits qui répondaient à son désir d’aisance et de reconnaissance sociale, le façonnant à travers « le bel aérateur pour bouffer les odeurs, l’avion pour deux, l’éventre-tomates et le ramasse-patates » dont s’amusait Boris Vian, dès 1956, dans sa Complainte du progrès. Le confort est ainsi devenu une idéologie de caractère totalisant, qui annihile toute question politique radicale, met au jour Stefano Boni. D’où la centralité du « pouvoir d’achat », qui occulte l’essentielle question de la répartition des richesses et de leur allocation.
Autre dimension essentielle mais rarement questionnée de l’idéologie du confort, son antiécologisme. Imprégnée de la dépréciation bourgeoise du corps et de la nature, elle a détourné Homo confort de l’univers naturel comme champ d’expériences.
C’est l’apport le plus original du livre de Stefano Boni : l’inventaire des pratiques, usages par lesquels le confort sépare Homo confort, c’est-à-dire nous, de la nature. Mobilités rapides et aveugles, animalité « peluchée », corps dévolus en permanence à « repousser leurs limites »… une vraie mine pour qui veut comprendre, concrètement, l’affirmation du philosophe Baptiste Morizot selon laquelle la crise écologique est une crise de la sensibilité, un appauvrissement de tout ce que nous pouvons sentir, percevoir, comprendre du vivant et tisser comme relations avec lui.
Souvenons-nous, écrit ce stimulant essayiste, que jusqu’au XVe siècle environ l’organique était partout. Les rois de France étronnaient devant leurs ministres après avoir roté et flatulé de contentement pendant le repas. Sans être nostalgique, on peut s’alarmer d’avoir perdu jusqu’au souvenir des matières, goûts, odeurs naturelles.
« Notre palais est repu aux préparations industrielles sucrées »
Pour ne citer que quelques exemples parmi les dizaines rapportées dans le livre, nos vêtements sont en majorité produits à partir de tissus artificiels à base de cellulose, qui nous privent des sensations propres aux matières d’origine végétale — coton, lin, chanvre, etc. Nos mains n’empoignent plus que des objets lisses au toucher, plastifiés (boutons de porte, briquets, souris d’ordinateur…), qui nous rendent étrangère la texture du monde, parfois âpre et accidentée (bois, pierre). Notre palais est repu aux préparations industrielles sucrées et rehaussées d’arômes chimiques. Notre odorat doit le plus souvent se contenter des 2 000 composants olfactifs synthétiques en circulation, et préférer les désodorisants et déodorants chimiques aux odeurs corporelles et autres parfums de fleurs, fruits, baies, racines, épices, résines, écorces…
Une colonisation intérieure par l’artificiel, qui, pour le marché, est payante : « Homo confort en vient à préférer les roses en plastique aux roses de jardin, racontait Stefano Boni lors de la présentation de son livre à Paris ce printemps. Parce qu’elles sont plus commodes : elles n’attirent pas les insectes, n’ont pas d’épines, ne perdent pas leurs pétales, et donc ne salissent pas. » Mais qui est désastreuse pour l’écologie, parce qu’elle finit par provoquer de l’écophobie : « Aujourd’hui certaines personnes craignent davantage la boue et l’herbe que le smog [brouillard âcre provoqué par les fumées industrielles], c’est quand même problématique ! » soulignait-il.
Désastreuse aussi pour Homo confort, qui s’appauvrit spirituellement. Un exemple : lorsqu’il achète de la viande de lapin tranchée sous cellophane, débarrassée, donc, de tout viscère et autre signe de vie particulier (poils, pupilles), il s’épargne certes la confrontation avec la mort, mais devient un « nihiliste passif », complice inavoué de la violence industrielle, en l’occurrence celle exercée contre les animaux, inégalée dans l’Histoire selon Stefano Boni.
La nature s’est donc éloignée comme réalité vécue, mais aussi symbolique. Présentée en permanence comme la solution, individuelle, à toutes les adversités de la vie, la technologie l’a évincée dans les représentations les plus intimes d’Homo confort. Une averse destructrice de grêlons ? Achetez les tuiles Trucmuche, encourageait récemment une chaîne d’informations privée pour toute explication. Cela rassure Homo confort, qui se sent plus démuni que jamais.
Car ce brave petit soldat féru d’hédonisme tranquille n’a pas seulement perdu les liens subtils qui le reliaient à la nature, il a aussi perdu une grande part de ses capacités de création et d’autonomie. « Un monde nouveau, on en rêvait tous… Mais que savions-nous faire de nos mains ? Zéro. Attraper le Bluetooth… » chante le groupe Feu ! Chatterton. Le détour que Stefano Boni invite à faire par le XIXe siècle, au moment où s’opère la bascule du monde artisanal, qu’il nomme hypotechnologique, au monde industriel, hypertechnologique, nous permet de saisir pourquoi.
« C’est tout ce monde d’interrelations, de savoir-faire, que le capitalisme a détruit »
Jusque-là, c’est par l’expérience sensorielle holistique avec la nature que l’être humain agissait sur le monde, notamment par le biais d’outils en bois, pierre ou os qu’il avait lui-même fabriqués. En marginalisant artisans et paysans pour imposer son ordre industriel, sans hésiter à recourir à la violence, c’est tout ce monde d’interrelations, de savoir-faire et de fêtes communautaires que le capitalisme a détruit. Aujourd’hui, les objets que nous manipulons sont confortables, mais dépourvus de tout arrière-plan sensible. Nos vies aspirées par le confort manquent de perspectives et de liens porteurs de sens.
Proche de la position éthique d’Aurélien Berlan, Stefano Boni, professeur d’université qui vit à la campagne, s’occupe d’abeilles, d’un petit poulailler et d’un potager, croit davantage aux pas de côté qu’à une possible réforme du capitalisme [2]. Il a donc choisi de terminer son livre par une série de pistes à explorer — relations à la technologie, à l’argent, à l’alimentation, à la communauté —, pour encourager Homo confort à expérimenter par lui-même des manières de vivre plus équilibrées. Car il lui faut « se préparer à accepter l’idée d’une baisse de son niveau de confort. […] Cela ne marquera pas la fin du bien-être, mais peut-être son véritable commencement, conclut-il. Vivre avec moins de technologie équivaut, en somme, à mieux vivre. Et nous pouvons y arriver ».
📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info
Abonnez-vous en moins d’une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.
Sélection culturelle
Beaux jardins, Italie en train, Homo confort… À lire, à voir cet été
[1Stefano Boni est anthropologue et enseigne l’anthropologie culturelle, une discipline qui étudie les diverses dynamiques culturelles existantes au monde, et questionne la manière dont elles construisent la réalité d’un point de vue à la fois pratique et symbolique. Il est actuellement en poste à l’université de Modène et de Reggio d’Émilie, en Italie du Nord.
[2Deux expériences de vie communautaire assez longues, l’une avec des paysans du Ghana, l’autre en Toscane avec des amis, lui ont par ailleurs révélé l’intérêt des organisations collectives autonomes : au Ghana, « j’ai vu comment on peut vivre avec 1 euro par jour, sans électricité, sans confort. J’ai vu plus de mort et de fatigue, mais j’ai été frappé de voir aussi plus de solidarité, plus de sens de la communauté et plus de sourires qu’en Europe », confie-t-il à Reporterre.
Culture et idées
Le tourisme écolo n’existe pas
Enquête — Luttes
De l’esclave au prolétaire, « la désertion n’est pas qu’une histoire bourgeoise »
Sélection culturelle
Beaux jardins, Italie en train, Homo confort… À lire, à voir cet été
Tribune — Culture et idées
Ne laissons pas le marché s’emparer des low-tech
Culture et idées
Pinochet, Thatcher, Friedman… « La Stratégie du choc » se joue au théâtre
Chronique — Culture et idées
Sentir les foins et la pluie, antidote au monde de la consommation
Culture et idées
Écolo et antiraciste : derrière les fourneaux de la cuisine afrovégane
Chronique — Corinne Morel Darleux
Saboter, négocier, se faire élire, manifester… toutes les luttes comptent
Énergie
La loi pouvoir d’achat promet plus de gaz de schiste et de charbon
Reportage — Forêts
Les vieilles forêts, un trésor en danger
Incendies
Incendies en France : plus de 25 000 hectares partis en fumée
Tribune — Énergie
Face à la canicule, rénovons les bâtiments !
Reportage — Animaux
Lucioles et vers luisants, des « bêtes féroces » sur le déclin
Forêts
En 2021, l’Amazonie a perdu 18 arbres par seconde
Monde
Coraux et koalas : en Australie, un rapport choc décrit l’effondrement
Chasse
Vercors : la chasse de retour dans une aire protégée
Durée de lecture : 9 minutes
legende

Qui sommes-nous
Reporterre est un média indépendant dédié à l’écologie sous toutes ses formes. Le journal est géré par une association d’intérêt général à but non lucratif, et n’a donc pas d’actionnaire. Il emploie une équipe de journalistes professionnels, et de nombreux contributeurs. Le journal est en accès libre, sans publicité, et financé à 97% par les dons de ses lecteurs.
En savoir plus

Rédaction
Reporterre a/s La Ruche
24 rue de l’Est
75020 Paris

Contacter Reporterre
Une question ? Consultez la FAQ

source