La chirurgie esthétique, du cabinet médical au phénomène de société – Le Monde

Appartement à vendre contre pastèques : en Chine, les promotions désespérées des promoteurs immobiliers
Après l’annonce par Elon Musk de son refus d’acheter Twitter, l’impression d’un immense gâchis
Face aux difficultés, Uber s’est transformé, sans vraiment changer de modèle
Consommation : « Nous avons besoin qu’on nous explique les arbitrages qui fabriquent les prix »
Qui réchauffe le climat (et comment) ?
L’Europe peut-elle se passer du gaz russe ?
Télescope James-Webb : les premières images révèlent des performances inédites
Bientôt des villes fournaises ? Pourquoi tout n’est pas perdu
Moyen-Orient : la visite de Joe Biden ne fait que des déçus
S’aimer comme on se quitte : « C’était un amant bouleversant, c’est devenu un compagnon patachon »
Masterclass avec un vampire : le sexe, c’était vraiment mieux avant ?
« La question de la sûreté nucléaire est centrale dans le débat sur la transition énergétique »
Cinéma : « Des filles pour l’armée », Valerio Zurlini dans les affres de la seconde guerre mondiale
Pedro Cesarino, l’anthropologue qui défend une nouvelle relation avec les peuples autochtones d’Amazonie
« Bru(i)t », sur Brut : les extraordinaires pouvoirs des sons
Dani, figure de la nuit parisienne, est morte à 77 ans
Guerre en Ukraine : « Je culpabilise, car je reste dans mon lit en me disant que je m’en fous, s’il y a une attaque, tant pis, c’est inévitable »
De Kiev à Boutcha, les carnets de guerre de Jonathan Littell
S’aimer comme on se quitte : « C’était un amant bouleversant, c’est devenu un compagnon patachon »
Vive le temps des cerises ! Trois idées pour les cuisiner
Services Le Monde
Services partenaires
Service Codes Promo
Suppléments partenaires
Temps de Lecture 13 min.
Réservé à nos abonnés
Enquête« L’odyssée de la chirurgie esthétique » (1/5). Décrite dès 600 avant J.-C., développée après la première guerre mondiale, la chirurgie esthétique s’est largement perfectionnée et connaît un boom depuis des années, accéléré par la pandémie.
Quand elle rouvre son cabinet sur Park Avenue à la sortie du confinement, en juin 2020, la chirurgienne esthétique Haideh Hirmand s’attend à retrouver sa salle d’attente plus ou moins vide. La première vague de Covid-19 vient de faire près de 25 000 morts à New York. La métropole américaine est sous le choc. « On connaissait tous quelqu’un qui avait été en soins intensifs ou même pire, se souvient-elle. On n’avait pas encore de vaccin. On pouvait imaginer que les gens mettraient leur santé, leur vie, au-dessus de leur apparence. » Au contraire : comme l’ensemble de la profession, la docteure Hirmand voit la demande rebondir dès la levée des restrictions.
Très vite, elle remarque que ses nouveaux patients se plaignent non pas de leur reflet dans le miroir, mais de leur image à l’écran. « Quand on se regarde dans la glace, on ne bouge pas, explique la chirurgienne. Avec le recours massif au télétravail, pour la première fois, les gens voyaient leur propre visage en mouvement. A en juger par ma clientèle, les hommes en ont particulièrement souffert, sans doute parce qu’ils sont moins habitués à se regarder. Hommes ou femmes, nous avons tous vu à l’écran des choses qu’on n’avait jamais remarquées. »
La presse américaine a baptisé « Zoom boom » – du nom de l’une des principales plates-formes de visioconférence – l’appétit de chirurgie esthétique qui a saisi les Etats-Unis dès le début de la pandémie. Une analyse des tendances Google publiée en septembre 2021 dans la revue Aesthetic Surgery Journal suggère que les recherches concernant les interventions sur le visage ont augmenté plus fortement après février 2020 que celles portant sur les autres parties du corps.
Sans que personne ne l’ait vu venir, « les planètes étaient alignées pour notre spécialité », ajoute le docteur Steven Williams, vice-président de l’Association américaine de chirurgie plastique : « Les Américains des classes moyennes avaient annulé leurs vacances. Ils avaient du temps libre, de l’argent à dépenser, des masques sous lesquels cicatriser discrètement, et un grand besoin de se remonter le moral. »
Les statistiques les plus récentes de l’Association internationale de chirurgie plastique esthétique (Isaps) révèlent que ce phénomène est mondial : malgré l’interruption des soins non essentiels dans de nombreux pays, le volume des interventions ne s’est pas contracté en 2020.
Les bureaux d’études, qui auscultent chaque année le marché mondial de la chirurgie esthétique, le situent autour de 45 milliards de dollars (environ 43,87 milliards d’euros). En comparaison, celui du luxe pèse environ 300 milliards : jusqu’à présent, Homo sapiens consacre davantage de ressources à parer son corps qu’à le modifier. Mais la quête de beauté est un phénomène en pleine expansion. Une discipline de la médecine est devenue un fait de société. Selon les données internationales de l’Isaps, le nombre d’actes pratiqués chaque année par les chirurgiens esthétiques à travers le monde est passé de 14 millions à 24 millions depuis 2010.
Il vous reste 84.78% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.
Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.
Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois
Ce message s’affichera sur l’autre appareil.
Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.
Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).
Comment ne plus voir ce message ?
En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.
Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?
Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.
Y a-t-il d’autres limites ?
Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.
Vous ignorez qui est l’autre personne ?
Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.
Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.
Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.
Consultez le journal numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13h.
Newsletters du monde
Applications Mobiles
Abonnement
Suivez Le Monde

source