« Mon père a décidé de nous abandonner » : Magali Berdah revient sur son enfance difficile – Voici


Dans une vidéo publiée vendredi 5 août sur Instagram, Magali Berdah s’est confiée sur son enfance. Abandonnée par son père, la femme d’affaires a été élevée par sa grand-mère, qui est devenue, au fil du temps, son modèle.
Elle était encore inconnue il y a quelques années, mais désormais elle figure parmi les femmes les plus puissantes de France. Voilà maintenant cinq ans que Magali Berdah a créé son agence d’E-influenceurs intitulée Shauna Events. Une entreprise qui est loin de faire l’unanimité en raison de son activité. Et ce n’est pas Booba qui dira le contraire. Depuis plusieurs semaines, le rappeur a pris l’acolyte de Cyril Hanouna pour cible. La raison ? Il accuse Magali Berdah, qu’il surnomme « la reine de la futilité », de diffuser des « arnaques massives » par le biais de sa société, comme évoqué par l’artiste dans les colonnes de Libération.
De son côté Magali Berdah insiste : « Je n’ai aucune idée de pourquoi il s’attaque à moi. Je ne le connais pas. Qu’est-ce qu’il cherche ? De la publicité pour remplir le Stade de France en septembre prochain pour son concert ? Je ne comprends pas. Les réseaux sociaux sont une jungle où les cyberharceleurs sont rois », a-t-elle déclaré auprès du Parisien. Ainsi, pour assurer sa défense face aux allégations de Booba, Magali Berdah tient à parler de sa personne et assurer de sa bonne foi auprès de sa communauté. Raison pour laquelle elle est revenue sur son enfance dans une vidéo publiée ce vendredi 5 août sur les réseaux sociaux.
Sur Instagram, Magali Berdah confie avoir été abandonnée par son père lorsqu’elle était petite. « Ma mère ne se sentait pas de nous garder car c’était très difficile pour elle. Elle nous a confiés, mon frère et moi, à mes grands-parents », a-t-elle déclaré. Très tôt, la femme d’affaires a été confrontée au deuil : « Mon grand-père est mort lorsque j’avais onze ans ». C’est donc essentiellement avec sa grand-mère que la cousine de Capucine Anav a passé son enfance. « Ma grand-mère m’a toujours appris à travailler. Elle m’a toujours dit : ‘on est toutes les deux maintenant. Je paye le loyer. Je fais ta lessive, je te fais à manger mais tout le reste, tu dois de débrouiller’« . Une situation qui l’a forcé à travailler très tôt : « À treize ans et demi j’ai commencé à travailler les week-ends dans un vidéoclub, après j’étais vendeuse ». Un passé qui semble bien avoir construit la femme d’affaires qu’elle est devenue.














Connexion à Prisma Connect
Voici va vous faire aimer le lundi ! Retrouvez l’actu people du week-end.
Tous les scoops sont dans votre magazine Voici !
Toutes les news people sont sur Voici !

source