Santé. Chirurgie esthétique : attention à ces quatre risques – L'Alsace.fr

Pour soutenir votre journalisme local, abonnez-vous !
Pourquoi voyez-vous ce message ?
Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies, vous pouvez à tout moment modifier votre choix, ici.
Le contenu de ce site est le fruit du travail de journalistes qui vous apportent chaque jour une information locale de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement.
Déjà abonné ?
Edition du Soir
dim. 31/07/2022
L’édition du soir en numérique dès 21h30 Le journal en numérique dès 5h Accédez à tous les contenus en illimité
Edition du Soir
dim. 31/07/2022
Retrouvez tous nos contenus et notre journal en numérique
Téléchargez gratuitement l’app
Qu’ils soient externes ou internes, les saignements après l’opération sont quasi systématiques après une intervention chirurgicale. Des bleus apparaissent sur le visage et vont rester entre une et trois semaines.
Le saignement peut aussi engendrer un hématome qui va gonfler et tendre la peau. S’il est trop douloureux, le chirurgien devra drainer la blessure pour évacuer cet excès de sang.
Les risques d’infection grave sont minimes dans ce type d’intervention. Cependant, des nécroses cutanées localisées peuvent survenir, souvent sur les zones où la peau est la plus fine, comme derrière les oreilles. Les fumeurs sont plus touchés par ce danger.
Ces complications prolongent la cicatrisation du lifting. Il existe quelques très rares cas d’infections graves comme la septicémie (infection généralisée et potentiellement mortelle), l’embolie ou le staphylocoque doré.
Elle s’effectue dans les quatre semaines suivant l’opération. Bien que la chirurgie ait fait de grands projets sur le sujet, il n’existe aucun moyen d’effacer définitivement les cicatrices. En général, la cicatrice met deux ans à se stabiliser et son aspect final va dépendre de chaque personne.
Dans quelques cas, la cicatrice peut rester rouge et gonflée : on appelle cela une cicatrice hypertrophique. Pour tenter de les estomper, les séances de laser ou l’application de silicone ou de corticoïdes peuvent être une solution.
Bien que rare, le chirurgien peut accidentellement sectionner un nerf du visage, une erreur qui peut être définitive si le nerf est entièrement coupé. 
Selon une étude effectuée par le Medical College of Winsconsin (citée par nos confrères du Figaro), les probabilités qu’un tel accident se produise sont de 0,5 à 2,6 %, mais elles peuvent monter jusqu’à 7 % pour la zone autour de l’oreille et l’angle de la mâchoire.
D’autres problèmes moins présents peuvent survenir, comme une paralysie partielle due à la section accidentelle d’un nerf par le chirurgien ou un manque de sensibilité autour de la zone opérée, qui revient totalement au bois de quelques mois.
Dans le cas de chirurgie de grande ampleur sur le visage, il est essentiel que le patient se prépare psychologiquement à accepter cette nouvelle image. Car si l’opération est un échec, les conséquences psychologiques peuvent être terribles, d’où la nécessité de respecter un temps long de réflexion (plusieurs semaines, voire des mois) avant de se lancer.
Bien que rares, tous ces facteurs de risque sont à prendre à compte. C’est pour cette raison qu’il est important d’échanger avec le chirurgien en amont, avec lequel vous échangerez sur vos prédispositions médicales et sur les possibles complications post-opératoires. Par ailleurs, ces opérations délicates ne peuvent être effectuées que par un chirurgien inscrit à l’Ordre des médecins et également veiller à sa réputation.

source